31 festival piano à Riom du 16 au 27 juin 2017
Accueil > Festival classique > André MANOUKIAN et Jean-François ZYGEL
André Manoukian
Copyright Solène Renault
André MANOUKIAN et Jean-François ZYGEL
  • André MANOUKIAN et Jean-François ZYGEL
  • André MANOUKIAN et Jean-François ZYGEL

PIANOS EN DUEL

André MANOUKIAN et Jean-François ZYGEL
Samedi 24 juin 2017 - 20h30

Concert à 2 pianos

L'Arlequin à Mozac, 20h30

 

Biographies


André Manoukian

Né en 1957 à Lyon de parents arméniens, André se passionne pour le piano dès l'âge de 6 ans. D’abord étudiant en médecine, il part étudier la musique à la Berklee School of Music de Boston. À son retour en France, il fonde le groupe Horn Stuff. En 1983, il découvre la chanteuse Liane Foly pour laquelle il crée les premiers succès (Au fur et à mesure, Doucement), puis collabore avec Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Diane Dufresne, Nicole Croisille, Natacha Atlas, Janet Jackson, Camille Bazbaz et Malia.

André est bien connu du grand public pour sa participation, en tant que juré de la Nouvelle Star (M6), exprimant avec bonheur une personnalité « poète » et « philosophe psycho-érotico-cosmique ». En 2006, il entame une coopération avec la chanteuse afro-britannique Malia. Il crée son propre label (Va Savoir - EMI Group) et sort l'album Inkala (juin 2008) avec Laurent Robin (batterie), Ira Coleman (contrebasse), qui se démarque par l’utilisation du chant modal arménien aux blue notes caractéristiques.

Sur l’album « So in love », il explore de grands standards de Cole Porter, Burt Bacharach et George Gershwin chantés par la nouvelle scène (Anaïs, Emily Loizeau, Helena Noguerra, Camélia Jordana, Benjamin Siksou, Cocoon, China Moses et Tété). Véritable succès, l'album se classe dans les cinq meilleures ventes de jazz en 2010. Installé dans « la plus belle vallée du monde », il fonde la même année le  Cosmojazz de Chamonix, premier festival Jazz en Altitude.

Depuis septembre 2013, il anime sur France-Inter une chronique musicale à 7h20

Pygmalion et musicien hyper sensible, André Manoukian est avant tout un pianiste de jazz ouvert aux influences. Longtemps, il n’a entendu dans la mélancolie que complainte et pathos. Il lui fallait gratter le vernis pour voir les éclats d’âme de ce mode typique, à la fois majeur et mineur, qui irrigue tout le chant du terroir arménien. “A Kind Of Mélancholie”, c’est ce qu’exprime “Melanchology”, une étude toute personnelle en douze mélodies, tour à tour songeuses puis joyeuses, danses obsédantes ou ballades entêtantes, toujours ciselées au plus près. André Manoukian a choisi des partenaires au diapason, Stéphane Huchard (Batterie), Christophe Wallemme (Contrebasse) et Hervé Gourdikian (Sax, duduk) prêts à s’inscrire dans une aventure au long cours, afin de bâtir un groupe et un son des plus convaincants.

ALBUM : « Melanchology » 2011

 

Jean-François Zygel

Tout pour l'improvisation ! Déjà petit, il inquiétait ses professeurs de musique, passant le plus clair de son temps à laisser son imagination vagabonder sur le clavier...

Après de longues études au Conservatoire de Paris (CNSM) où il obtient dix premiers prix, Jean-François Zygel remporte en 1982 le premier prix du Concours international d'improvisation au piano de la Ville de Lyon. C'est le début d'une carrière singulière de concertiste improvisateur qui l'amènera à partager la scène avec des danseurs, des comédiens, des artistes de jazz, de la chanson ou des musiques du monde.

Nommé « artiste en résidence » pour la troisième année consécutive à la Philharmonie Luxembourg, Jean-François Zygel donnera ainsi plus de 120 concerts en France et à l’étranger au cours de la saison 2017-2018.

Jean-François Zygel est par ailleurs reconnu en France et à l'étranger comme l'un des meilleurs spécialistes de l'accompagnement de films muets en concert.

En 2014, Jean-François Zygel est invité à l’Elysée par le Président de la République à accompagner un film d’archives à l’occasion du lancement des commémorations de la Première Guerre mondiale.

En octobre 2015, il improvise en direct pendant six heures sur les images de la nouvelle version restaurée des Misérables d'Henri Fescourt (d’après Victor Hugo) au Théâtre du Châtelet, performance réitérée l’année d’après au festival Musica de Strasbourg.

Pour la Cinémathèque française, il signe en 2016 les musiques de La Charrette fantôme de Victor Sjöström et de La Passion de Jeanne d’Arc de Dreyer et il met en musique L’Argent de Marcel L’Herbier (d’après Emile Zola) à Hanovre et à Hambourg.

Pour le chœur Spirito, il crée en 2017 un Requiem imaginaire en anglais, allemand, latin, slavon et araméen.

Jean-François Zygel a fondé il y a quinze ans la classe d'improvisation au piano au Conservatoire de Paris, engageant de nombreux partenariats avec des institutions comme le Forum des Images, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et la Cinémathèque française.

Il est également connu du grand public pour ses interventions à la télévision (La Boîte à musique, Les Clefs de l’orchestre) et à la radio (La Preuve par Z, France Inter), où il défend avec malice et passion son art de prédilection.

Son dernier album, L'Alchimiste, sort cette année chez Sony.