31 festival piano à Riom du 16 au 27 juin 2017
Accueil > Festival classique > Suzana BARTAL
Suzana BARTAL
copyright Jean-Noël Martin
Suzana BARTAL
  • Suzana BARTAL

LISZTOMANIA

Suzana BARTAL
Samedi 17 juin 2017 - 20h30

Récital de piano

Salle Dumoulin à Riom, 20h30

Programme :

Haendel: Passacaille
Liszt: Vallée d'Obermann
Debussy: Ballade
Tanguy: Passacaille

Liszt: Sposalizio
Liszt: Au bord d'une Source
Liszt: Les Jeux d'Eau à la Villa d'Este
Szymanowski: Mazurkas op. 50 nrs. 1, 2 & 6
Liszt: Après une lecture de Dante

 

Biographie :


Suzana Bartal est un des talents montants de la nouvelle génération. Son jeu a été décrit par le Bonner Anzeiger comme étant “perlé dans le toucher et d'une précision absolue”. Ses concerts l'ont menée dans des salles prestigieuses telles que le Beethoven-Haus de Bonn, la Salle Pleyel et Radio France à Paris, le Merkin Hall à New York ou Milton Court à Londres et elle a réalisé des enregistrements sur France Musique ou encore le West Deutscher Rundfunk (WDR). Cette saison elle est invitée à se produire dans des séries importantes comme celle de l'Opéra de Vichy, le festival « Classique au Vert » à Paris ou encore le Palazzetto Bru Zane à Venise.

Son premier album dédié à la musique de Schumann est sorti en mars 2016 chez Paraty (Harmonia Mundi distribution) et a été chaleureusement accueilli par la presse. Le disque a été « Coup de coeur » sur Radio France Internationale et Bertrand Boissard a écrit dans la revue Diapason : “La profondeur de son toucher se mêle à la richesse des textures (…) le jeu se caractérise par sa douceur, séduit par sa plastique (…) assurément, une musicienne.”

En janvier 2015, Suzana a fait des débuts remarqués dans le Concerto de Grieg avec l’Orchestre Avignon-Provence sous la direction de Wolfgang Doerner alors qu’elle remplaçait Marie-Josèphe Jude au pied levé. Sa prestation a été acclamée par la critique: “Dès qu’elle pose les mains sur le clavier l’artiste impose une personnalité fort marquée. Son toucher est sûr, elle fait preuve d’une parfaite technique et joue avec une simplicité absolue des pages d’une grande complexité. Sa sonorité est puissante et lumineuse (…)” – La Marseillaise.

En 2013, Suzana Bartal a remporté le concours New York Concert Artists Concerto Competition et a fait ses débuts avec orchestre à New York en 2014. Elle a également gagné le Woolsey Concerto Competition, ce qui lui a permis de se produire avec orchestre sous la direction de Peter Oundjian.

Suzana a donné des concerts dans de nombreux pays: en France, Allemagne, Hongrie, Roumanie, Espagne, Italie, Belgique, Hollande, au Royaume-Uni, ainsi qu'aux Etats-Unis et en Chine.

Suzana est aussi une interprète très enthousiaste de la musique contemporaine et a collaboré avec d'illustres compositeurs de nos jours, tel Thomas Adès ou Eric Tanguy.

Très active aussi comme chambriste, Suzana se produit notamment avec les violoncellistes Henri Demarquette, István Várdai, Benedict Klöckner et Yan Levionnois, les violonistes Kristóf Baráti, Alexandra Soumm, Déborah Nemtanu, Guillaume Sutre, Mayu Kishima, Anne-Sophie Le Rol, Stéphanie-Marie Degand, Hildegarde Fesneau et Solenne Païdassi, l'altiste Adrien Boisseau, la soprano Karen Vourc'h ou le clarinettiste Pierre Génisson.

Née en 1986 à Timişoara (Roumanie) dans une famille d’origine hongroise, Suzana Bartal a commencé ses études musicales dans sa ville natale. Trois ans plus tard, elle devient lauréate de concours nationaux et internationaux et donne son premier récital solo à l'âge de 12 ans. A 13 ans, elle apparaît pour la première fois en soliste avec orchestre. En 2005, elle décide de s'installer en France où elle étudie avec Denis Pascal, Pierre Pontier et Florent Boffard à Paris et à Lyon au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse. Entre 2011 et 2014 Suzana s'est perfectionnée auprès de Peter Frankl à l'Université Yale aux Etats-Unis. Elle est actuellement candidate pour un doctorat en interprétation à cette même université où elle a également enseigné en 2013 et 2014. Suzana a été distinguée par le Prix d'excellence Harriet Gibbs de l'Université Yale.